association Jean Calas, l'Europe nous regarde
association Jean Calas, l'Europe nous regarde

Biographie de Voltaire

Voltaire

de son vrai nom François-Marie Arouet

(1694 – 1778) 

naît et meurt à Paris

En rapport avec l'affaire Calas : le Traité sur la Tolérance (1763)

Convaincu de l’innocence de Calas en 1762, Voltaire met sa plume au service de la justice pour demander sa réhabilitation. Le négociant huguenot était accusé du meurtre de son fils qui voulait se convertir au catholicisme.

Avec une ironie mordante et un style inimitable, l’écrivain plaide pour le respect des croyances et l’esprit de tolérance.

Une réflexion très actuelle sur le système judiciaire, la responsabilité des juges et les effets pervers des lois.

Lettre de Voltaire ( 20 mars 1765).

" La justification des Calas m'a fait verser des larmes de joie": C'est à Ferney et en compagnie de Donat Calas que Voltaire reçoit la nouvelle. Sa lettre souligne l'efficacité d'Elie de Beaumont et rend hommage à la France qui a vu rétablir un équilibre juridique. C'est surtout un succès personnel complet et c'est ainsi que ses contemporains et la postérité l'ont interprêté.

Lors de son ultime voyage à Paris en 1778, la foule l'acclame comme "l'homme aux Calas". Les deux filles de Jean Calas sont en tête du cortège qui emporte son cercueil au Panthéon le 11 juillet 1791. Sur le lit funéraire on a inscrit: "Il vengea Calas, La Barre, Sirven et Monbailli. Poète, philosophe, historien, il a fait prendre un grand essor à l'esprit humain, et nous a préparés à être libres". René Pommeau conclut: "L'affaire Calas, comme celles du même ordre qui suivront, révèle le meilleur Voltaire: un homme grand par sa passion du juste, par sa générosité au service d'un idéal humain, lequel compense, corrige, complète le pire Voltaire".

Voltaire inaugure la liste des écrivains qui s'engagent seuls et courageusement au service d'une cause qui paraît perdue.

Biographie de Voltaire :

Un des plus grands écrivains français : dramaturge, polémiste satirique, philosophe, historien et moraliste. François-Marie Arouet est originaire d'un milieu bourgeois, son père était notaire. Il fait de brillantes études chez les jésuites de Louis-Le-Grand. Des vers irrévérencieux l'obligent à rester en province, puis provoquent son incarcération à la Bastille (1717). Une altercation avec le chevalier Rohan-Chabot le conduit à nouveau à la Bastille, puis le contraint à un exil de trois ans en Angleterre. Au contact des philosophes d'Outre-Manche où la liberté d'expression était alors plus grande qu'en France, il s'engage dans une philosophie réformatrice de la justice et de la société.

De retour en France, Voltaire poursuit sa carrière littéraire avec pour objectif la recherche de la vérité et de la faire connaître pour transformer la société. Au château de Cirey, en Champagne, il écrit des tragédies ("Zaïre", "La mort de César"…) et, avec moins de succès, des comédies ("Nanine"). Il critique la guerre dans "L'Histoire de Charles XII" (1731) puis s'en prend aux dogmes chrétiens dans "Epîtres à Uranie" (1733) et au régime politique en France, basé sur le droit divin, dans "Lettres philosophiques" (1734).

Des poèmes officiels lui permettent d'entrer à l'Académie Française et à la Cour comme historiographe du roi en 1746. Cependant "Zadig" l'oblige à s'exiler à Potsdam sur l'invitation de Frédéric II de Prusse, puis à Genève. Voltaire s'installe définitivement à Ferney, près de la frontière Suisse, où il reçoit toute l'élite intellectuelle de l'époque. En 1759, il publie Candide, une de ses œuvres romanesques les plus célèbres et les plus achevées. S’indignant devant l'intolérance, les guerres et les injustices qui pèsent sur l’humanité, il y dénonce la pensée providentialiste et la métaphysique oiseuse. Avec des pamphlets mordants, Voltaire combat inlassablement pour la liberté, la justice et le triomphe de la raison (affaires Calas, Sirven, chevalier de la Barre). En 1778 il retourne enfin à Paris, à l'Académie et à la Comédie Française, mais épuisé par son triomphe, il y meurt peu de temps après.

Voltaire laisse une œuvre considérable. A cause de la censure, la plupart de ses écrits étaient interdits. Ils étaient publiés de manière anonyme, imprimés à l'étranger et introduits clandestinement en France.

Anticlérical, il dénonce de manière virulente les dogmes des religions. Il croit cependant en un Dieu créateur et non révélé. Ses positions sont donc proches de celles des déistes anglais. Pour lui, la petitesse de l'homme perdu dans l'immensité de l'Univers rend vain et ridicule son désir de rechercher l'absolu ou de comprendre les desseins de Dieu. On peut considérer Voltaire comme l'un des plus grands défenseurs de la libre pensée ainsi que de la laïcité comme condition, pour une société, du bonheur de l'homme.

Bibliographie : Œdipe (1718), La Henriade (ou La Ligue, 1723), Brutus (1730), L'Histoire de Charles XII (1731), Zaïre (1732), Epîtres à Uranie (1733), Lettres philosophiques (1734), La mort de César (1735), Discours sur l'homme (1738), Zadig (1747), Nanine (1749), Le siècle de Louis XIV (1751), Micromégas (1752), La Pucelle d'Orléans (1752), Essai sur les mœurs et l'esprit des nations (1756), Candide (1759), Traité sur la tolérance (1763),Dictionnaire philosophique (1764), Jeannot et Colin (1764), L'ingénu (1767), La princesse de Babylone (1768).

Ses principales œuvre littéraires :

  • Oeuvres philosophiques : Lettres philosophiques (1734), Traité sur la tolérance (1763), Dictionnaire philosophique (1764)
  • Oeuvres historiques : La Henriade (1728), L'histoire de Charles X11 (1731), La mort de César (1735), Le siècle de Louis X1V (1751), Essai sur les moeurs (1741)
  • Contes : Zadig (1747), Candide (1759), Micromégas (1752), L'ingénu (1767)
  • Tragédies : Oedipe (1718), Zaïre (1732), Mahomet (1742)
  • Poésie : Poèmes philosophiques et poèmes satiriques, Poème sur le désastre de Lisbonne (1756)

 

 

Nos coordonnées

association Jean Calas, l'Europe nous regarde
50 rue des Filatiers 50

31000 Toulouse

Téléphone : +33 608 481840 +33 608 481840

 

Notre page Facebook

 

N'hésitez pas à utiliser notre formulaire de contact.

Actualités

Consulter le compte-rendu de notre dernier bureau : Accueil

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© association Jean Calas, l'Europe nous regarde